Lorsque la pression est forte et que ça dure dans le temps, on est face à un risque de déconcentration et on a plus de chances de commettre des erreurs. Comment s'en prémunir ?

Roger Moose, notre mascotte, vous aide à y voir plus clair en répondant aux questions de ses abonnés.

Pour recevoir son défi hebdomadaire, chaque mercredi, abonnez-vous par ici.

La situation : mon équipe grandit très (trop ?) vite, comment concilier volume de travail et maintien de la qualité ? À l'aide !

Voici 3 conseils pour limiter les risques de dérive.

Donner de la perspective

Avec la croissance, les processus que vous pourriez figer aujourd'hui seraient obsolètes dans quelques mois, voire quelques semaines. Dès lors, concentrez votre communication sur l'essentiel : votre mission. Rappelez-la à chaque occasion et demandez à vos collègues de questionner leurs décisions au regard de cette raison d'être.

Responsabiliser

Qui dit qualité, dit standards et connaissances à partager. Définissez vos indicateurs de qualité et formaliser vos recettes et bonnes pratiques pour qu'elles soient facilement accessibles. Il est également pertinent de clarifier vos règles de délégation afin d'éviter tout goulot d'étranglement dans les arbitrages.

Organiser le temps de travail

Derrière le compromis qualité/quantité, on trouve une question de focus. Pensez à remettre à plat vos rituels d'équipe et vos règles de vie (temps de partage, temps de concentration) à chaque fois que vous sentez que c'est nécessaire. Ne négligez pas le temps d'intégration des nouveaux et n'oubliez pas : mieux vaut se voir peu longtemps mais régulièrement que l'inverse : cela permet de maintenir le rythme, de corriger les écarts et d'aligner progressivement.

Conclusion

Maîtriser votre trajectoire sur le projet passera par une communication constante, documentée et une confiance totale entre collègues.

Pour finir, voici quelques autres défis à explorer dans le même thème :

Footer_Roger_gd@2x-2