Les femmes sont régulièrement les cibles de comportement inappropriés dans le cadre professionnel sous couvert de camaraderie. Comment réussir mettre ce sujet sur la table et mettre fin à ces agissements ?

Roger Moose, notre mascotte, vous aide à y voir plus clair en répondant aux questions de ses abonnés.

Pour recevoir son défi hebdomadaire, chaque mercredi, abonnez-vous par ici.

La situation

Comment faire comprendre que certains sous-entendus machistes et sexistes n'ont pas leur place en entreprise ?

5 leviers pour changer les choses

Réagir avec calme

Ayez en tête que certains interlocuteurs ne se rendent pas compte de la portée de leurs propos et toute réaction doit viser à faire prendre conscience de la façon dont le propos peut être reçu et en quoi il est blessant ou déplacé.

Adapter sa réaction

Deux types de réactions sont possibles selon la situation, le contexte et la personne à l’origine du propos. L'humour fonctionne si vous connaissez votre interlocuteur ou que la discussion en cours présente une forme de légèreté. Vous pouvez aussi adopter une approche bienveillante : expliquez pourquoi le message peut être mal reçu et renversez le propos :"Imagine que la situation soit inversée et que je te dise que les hommes en pantalons moulants sont plus intelligents, ça rendrait justice à nos recrutements ?"

Apprendre aux hommes à réagir

Il ne doit pas être du seul devoir des femmes de relever une situation ou une conversation peu à propos. C’est une responsabilité collective et ces quelques conseils peuvent être appliqués sans distinction de genre. À ce titre, évitez les tournures personnelles ("je pense", "il me semble") qui introduisent un biais dans votre assertivité.

Ne pas faire appel au contexte général

Recadrer quelqu’un est un effort important et bien souvent, il est tentant de faire appel à des éléments contextuels génériques du type “On ne peut plus dire ça en public aujourd'hui”. C’est contre-productif car ce genre d’argument conforte l’auteur du propos dans le fait qu’il est dans le vrai et que l’on essaie de lui imposer sa vision du monde. Ensuite, et même si c’est difficile, verbaliser son embarras décuple la portée émotionnelle de votre message. Quelqu'un qui a maladroitement véhiculé un propos sexiste et à qui on explique en quoi cela nous affecte, aura de très grandes chances de bien réfléchir par la suite à la portée de ses propos. Il s’agit de faire appel à l'empathie de l’autre : la grande majorité des gens qui nous entourent n'ont pas la volonté de nuire.

Savoir choisir ses combats

S’il ne faut rien laisser passer lorsque l’on sent que la ligne blanche est franchie, être celle ou celui qui fait constamment des remarques et analyse toutes les situations peut conduire au gender fatigue et être, à la longue, contre-productif. Faites preuve de discernement pour savoir quand réagir avec fermeté et quand simplement mentionner que "Attention, on s'approche de la limite".

Conclusion

Vous l'aurez compris, il s'agit avant tout de réveiller les consciences et de mettre le respect et la notion de consentement au centre des échanges.

Pour finir, voici quelques autres défis à explorer dans le même thème :

Footer_Roger_gd@2x-2