Recommandation sanitaire, différence de traitement entre garçons et filles, la bise au travail est aujourd'hui fortement remise en question.

Roger Moose, notre mascotte, vous aide à y voir plus clair en répondant aux questions de ses abonnés.

Pour recevoir son défi hebdomadaire, chaque mercredi, abonnez-vous par ici.

La situation : mes collègues ont l'habitude de faire la bise

Mes collègues hommes insistent pour me faire la bise le matin. Comment leur faire comprendre que je ne suis pas à l'aise avec cette pratique ?

4 actions simples pour faire évoluer les mentalités

Remettre en question les habitudes

Nous sommes des animaux sociaux et, à ce titre, avons besoin de rituels entre pairs. En France, la bise est culturellement ancrée dans notre quotidien, depuis le plus jeune âge. Au niveau professionnel, de la même façon que nos métiers sont amenés à changer, nos habitudes peuvent évoluer. Le principal est de rester courtois et d’exprimer son besoin de transformer la tradition.

Assumer ses convictions

Si vous pouvez invoquer la perte de temps (faire la bise à tout le monde chaque matin) ou l’aspect hygiénique (échange de microbes), ne vous cachez pour exprimer votre point de vue, il doit être respecté par vos collègues. Ces arguments fonctionnent d'ailleurs également pour la poignée de main.

Communiquer globalement

Ce changement ne doit pas être vécu comme un réglement de compte personnel ou l'expression d'une population spécifique. La bise est un geste plutôt intime que la plupart des hommes réservent à des amis et pas à leurs collègues hommes, donc il n'y a pas de raison de faire autrement pour les femmes. Nous sommes collègues, pas nécessairement amis.

Trouver des alternatives

Puisque l’on parle de groupe social et de rituels, pourquoi ne pas imaginer votre signe de salutation ? Celui de votre équipe, celui avec lequel chacune et chacun sera à l’aise. Ça peut être un bonjour à la cantonade, un check ou encore un message numérique (pour les télé-travailleurs). Innovez ou contentez-vous d’un simple bonjour, mais ne négligez pas l’échange de regard, canal privilégié de communication.

Conclusion

Ce changement d'habitude n'est pas insurmontable, bien au contraire, il va simplement vous demander de la pédagogie, de la fermeté et sans doute un peu de patience.

Pour finir, voici quelques autres défis à explorer dans le même thème :

Footer_Roger_gd@2x-2