La tension sur le recrutement dans certains métiers a fait de l'intégration un sujet sensible sur lequel les managers n'ont pas le droit à l'erreur, malgré le rythme soutenu de l'activité par ailleurs.

Roger Moose, notre mascotte, vous aide à y voir plus clair en répondant aux questions de ses abonnés.

Pour recevoir son défi hebdomadaire, chaque mercredi, abonnez-vous par ici.

La situation : j’ai un nouveau collègue qui vient d’arriver. Comment le mettre dans les meilleures dispositions pour sa prise de poste sans y passer trop de temps (j’en manque cruellement) ?

Voici 3 réflexes à acquérir pour intégrer avec efficacité

Bloquer des créneaux

Quoi de pire que se réveiller à la fin de la période d’essai sans savoir si ça « fit » ? L’arrivée d’un nouveau dans son équipe représente un projet à part entière. Programmez des créneaux de 10 minutes dans votre agenda pour faire un point 2 à 3 fois par semaine - sans téléphone, ni ordinateur - et suivre le bon déroulement de son arrivée.

Mobiliser l'équipe

Une arrivée - comme un départ - peut modifier l’équilibre de votre équipe. Il peut être intéressant de profiter de cette arrivée pour faire connaissance, valoriser les expertises de chacun.e et réaligner tout le monde. Cela aura pour effet secondaire de répartir le temps d'intégration entre collègues, la recrue sachant à qui s'adresser selon ses sujets.

Fixer des objectifs progressifs

Penser un parcours d’intégration mixant rencontres et tâches de difficultés croissantes à réaliser met le nouvel arrivant dans une dynamique positive. Cela permet également de valider par jalons la bonne intégration de ce dernier.

Conclusion

L'intégration d'un nouvel élément est un sujet critique et pourtant cela a tendance à passer après les urgences clients ou projets, or on peut y arriver sans se laisser déborder.

Pour finir, voici quelques autres défis à explorer dans le même thème :

Footer_Roger_gd@2x-2